Mhaab Muldoon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mhaab Muldoon

Message par Mhaab/Coligny le Sam 6 Déc 2014 - 18:47

Mhaab U. Muldoon


Nom : Muldoon                                  Âge : Inconnu
Prénom : Mhaab Ursule                       Lieu de naissance : Forêt des Pins Argentés
Surnom : "Petit Boudin"                       Taille : 1m62
Race : Humaine                                 Poids : 78kg



Apparence :


Petite femme ne dépassant probablement pas le mètre soixante, dotée d'une silhouette charnue et solidement battit. Mhaab Muldoon se déplace avec la rapidité d'un écureuil et semble toujours déborder d'énergie. Son âge semble être difficile à deviner en raison du manque de soin qu'elle apporte à ses atours, à son hygiène générale et aux maquillages tribaux qu'elle peint parfois sur son visage. Ses cheveux, décorés de bijoux de bois et d'os, forment une tignasse emmêlée dont on suppose que la couleur d'origine fut autrefois proche de l'auburn : aujourd'hui pleine de nœuds, sa chevelure arbore un coloris approximatif et légèrement violacé. Un œil d'un bleu étonnant, l'autre d'un cuivre automnale. Pas particulièrement séduisante, son front haut, son menton court et creusé d'une fossette, son nez aquilin et ses joues rebondies rendent néanmoins l'ensemble plutôt intriguant. Son teint, foncé pour une gilnéenne, se marbre constamment de tâches de terre et de saleté.
Souvent vêtue de lourds jupons crasseux, de cols de plumes ou de fourrure, la ceinture chargée qu'elle porte sur les hanches s'encombre de besaces, de pochettes, de nécessaires d'herboristes et d'autres conteneurs renfermant diverses idoles et objets rituels. On remarquera sur ses bras ronds, souvent nus, de larges tatouages mystiques. Mhaab semble apprécier les ornements même si ceux qu'elles porte sont souvent fait par elle-même avec des matériaux de récupération, ou simplement un assemblage de bibelots sans valeurs.  
Une odeur musquée l'accompagne, mêlée de quelques relents de terre et d'herbes aromatiques. A cause d'une mauvaise habitude consistant à mâchouiller sans arrêt des feuilles de cramoisines, les commissures et les contours de ses lèvres sont continuellement tâchées de dépôt rougeâtres.


Signes particuliers :

Il y en a trop pour tous les énoncer. Les plus significatifs sont surement cette larve verdâtre qui semble lui servir d'animal de compagnie et ce dégoutant sac de voyage au moins aussi gros qu'elle. Ce dernier semble être le conteneur de toute sorte d'objets personnels, que d'aucuns jugeraient inutiles ou franchement bizarres, mais également le réceptacle de l'intégralité de ses affaires personnelles. Sacré à ses yeux, important pour ses activités, il est clairement déconseillé aux curieux d'y fourrer la truffe.


Psychologie :


Loin de l'image sinistre attribuée habituellement aux femmes de sa famille, Mhaab fait preuve d'un dynamisme et d'un enthousiasme frisant l'insupportable. D'un naturel franc, on pourrait lui reprocher son manque d'éducation et ses propos complètement déliés. Les questions d’hygiènes semblent être perçues comme très secondaire par cette femme, qui ne s'offusque pas de porter des vêtements troués ou tâchés de boue. La plupart du temps curieuse, fougueuse et gentiment folle, on aurait tendance à sous-estimer cette étrange petite bonne-femme.
Et pourtant... Dissipée, colérique, opiniâtre et impulsive, ses coups de folies restent tristement imprévisibles. Sa psychologie trouble et son héritage familial en font une femme à l’éthique douteuse et aux limites incertaines.
Mhaab parlera peu de ses expériences personnelles mais trouvera toujours quelques fumeux exemples à donner pour vendre ses propres thèses.


Histoire :

( a venir )


Ce que l'on dit d'elle :

"Brûlez la sorcière !! Au bûcher ! AU BÛCHER !"
Une troupe de villageois en colère.

"Cette femme m'a convaincue de lui acheter à 10 pièce d'argent une potion pour pisser bleu..." Un homme au bout du rouleau.


Aux dernières nouvelles :

On l'aurait vu très récemment dans le Sud des Royaumes de l'Est, en compagnie d'un vieil homme en robe gilnéenne à qui elle semble très attachée ( à l'homme, pas à la robe...).

Mhaab/Coligny

Race : Humaine
Classe : Sorcière des bois

Messages : 107

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mhaab Muldoon

Message par Mhaab/Coligny le Jeu 26 Mar 2015 - 12:08

La Décision de Mhaab Muldoon.



26éme jour du 3éme mois de cette année.
                                                       

«  Vous en avez un qui saurait écrire par hasard ? »

La vieille dame s'offusqua. Sa lippe se tordit comme sous l'effet d'un violent outrage et Mhaab y vit avec fascination un million de rides bouger dans tous les sens. Un bal dansant de plis et autres crevasses vérolées : absolument captivant et véritablement étonnant.

«  Mais enfin Madame ! Tous nos orphelins savent écrire voyons ! Madame Pool leur fait la classe tous les mardi, jeudi et samedi... »

Mhaab gratta du bout de l'ongle et d'un air circonspect la croûte de terre sur sa joue, celle qui ne voulait pas partir depuis maintenant plusieurs jours. Elle avait beau gratter, gratter, gratter et encore gratter, ce dépôt brunâtre semblait se renouveler à chaque fois. La sorcière hocha finalement la tête et dénoua le cordon de sa bourse.

« Très bien. Dans ce cas j'en veux un. N'importe lequel, ça fera l'affaire pourvu qu'il sache écrire. »

La vieille porta une main molle, ornée d'une hideuse bague en toc, à ses lèvres et ouvrit des yeux ronds sur la femme qui lui faisait face. Balbutiante, elle claironna d'une voix stridulante et particulièrement désagréable :

« Mais enfin Madame ! Je ne peux pas vous céder un enfant de la sorte ! Il faut rencontrer les enfants, entamer une procédure d'adoption, signer des papiers et...

- Écoutez, je n'ai pas que ça à faire. Ce sont des orphelins non ? Ni père, ni mère, ni famille et seulement une vieille bic pour leur servir de gardienne. Je ne suis pas un inspecteur d'orphelinats et je veux obtenir un enfant rapidement et en toute discrétion. Et croyez moi, que vous le vouliez ou non, je partirais quand même avec mon produit ! »

Cette vieille matrone commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs. Avec son châle en laine gris dont elle ne cessait de tripoter les franges avec malaise, sa ridicule bague et sa figure de crapaud. Mhaab fronça ses sourcils et offrit à la rombière un sourire des plus sinistres : elle avait entendu dire que le sourire rendait toujours les choses plus faciles et les négociations moins orageuses. Visiblement, on ne lui avait pas mentit. La vieille pinça les lèvres – nouveau concerto de rides – après avoir jeté un œil vicieux sur l'intérieur de la bourse rebondie, et fit quelques pas dans le couloir.

«  Allons dans mon bureau. »

La pièce était dans le même état que le reste du bâtiment. Les poutres vermoulues menaçaient de s'écrouler à tout instant, les boiseries tombaient en ruine, les tapis s'effilochaient par les coins et une vieille odeur rance d'humidité planait dans l'atmosphère. On tentait vainement de réchauffer les intérieurs en faisant brûler une quantité phénoménale de bûches dans les cheminées. Mais l'orphelinat restait froid, sombre et les bâtons d'encens, les bougies parfumées et autre artifices pour assainir l'air, ne parvenaient guère à masquer l'odeur humide des lieux. C'était un pauvre orphelinat de campagne, dressé depuis longtemps sur les rives d'un petit lac aujourd'hui saumâtre, perdu au fin fond de la Fôrét d'Elwynn et qui semblait manquer de moyens.
La vieille femme introduisit Mhaab dans la pièce exiguë, basse de plafond et surchargée d'étagères remplies ras la gueule de dossiers, aussi poussiéreux que la bonne femme qui devait être la seule à les consulter. La sorcière repéra par la fenêtre, face au lac, un groupe d'enfants munis de cannes à pêche artisanales. Cette eau ne devait plus contenir de poissons depuis des lustres, mais les gosses pêchaient quand même. Mhaab les trouva tous vraiment crétins et jugea intérieurement qu'elle n'en adopterait jamais un de ceux là !
La vieille s'installa lentement sur un fauteuil au rembourrage percé de trous et ouvrit lentement un énorme registre, qui trônait sur un vieux bureau en chêne. Un nuage de poussière s'en échappa. La directrice hoqueta, prise dans une quinte de toux qui sembla à Mhaab durer une éternité, puis chaussa ses lunettes cerclée de fer. Sa mine outragée se ternit quelque peu lorsqu'elle annonça d'une voix froide :

« Très bien Madame Muldoon. Parlons affaire. »


Mhaab sourit, de toutes ses dents. Un sourire effrayant mais qui en disait long sur ce qu'elle voyait. Oh oui, ses sœurs et elle le savaient... Tout le monde possède un vice caché.

Mhaab/Coligny

Race : Humaine
Classe : Sorcière des bois

Messages : 107

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum